Récital-conférence avec le pianiste Pierre Jasmin – Les Artistes pour la Paix et la question du nucléaire | 26 septembre 2017

Soirée-bénéfice des Artistes pour la Paix à l’UQAM

Pianiste applaudi dans une vingtaine de pays, co-fondateur du Centre Pierre-Péladeau et vice-président des APLP, diplômé d’institutions supérieures de six pays, Pierre Jasmin a interprété des pièces de Bach, Beethoven, Mozart et Chopin.


Le spectacle comprenait trois parties :

La première, ouverte par un prélude de Bach, a montré une émission du Point de 1994 illustrant la solidarité des APLP avec Croates, Bosniaques et Slovènes lors de la guerre yougoslave. Elle a illustré aussi nos liens avec pacifistes Palestiniens, Syriens et notamment Kurdes et Tibétains en leurs propres terres. Notre solidarité avec tous les réfugiés en découle. Suivra un document montrant le lobbying des APLP au fédéral pour tenter de contrer depuis 1983 l’influence mortifère du riche complexe militaro-industriel.

La seconde partie, ouverte par la Sonate Pathétique de Beethoven, a été québécoise, avec des photos APLP inédites depuis leur fondation, photos du printemps érable et d’appui aux actions des professeures Louise Vandelac et Lucie Sauvé et de leurs étudiantEs de l’UQAM (Centr’ERE) pour une planète soulagée du réchauffement climatique et de la pollution des centrales Gentilly 2 et Chalk River et de celle de la mine d’amiante Jeffrey.

La troisième et dernière partie, avec une Fantaisie de Mozart et la 3e ballade de Chopin, a montré les efforts constants des APLP pour un désarmement mondial, avec l’aide de Pugwash et du Réseau canadien pour l’abolition de l’arme nucléaire, et ce au moment où Justin Trudeau refuse de signer le Traité d’interdiction des armes nucléaires, sous l’influence militariste de l’OTAN et de Donald Trump.

Une heure cinquante minutes au sortir de laquelle a été abordé la question de la censure de la gauche par les médias provoque la montée de l’extrême-droite, et comment y remédier.

SOURCE : Les Artistes pour la Paix