Ancrer nos interventions en santé environnementale au coeur des communautés : du diagnostic à la pratique | Une présentation de Lucie Sauvé et Étienne van Steenberghe

 

Lucie Sauvé, directrice du Centr’ERE, et Étienne van Steenberghe, professeur associé au centre et rédacteur en chef de la revue Éducation relative à l’environnement : Regards – Recherches – Réflexions, ont présenté une communication le 28 novembre dernier dans le cadre des Rencontres régionales de l’éducation et de la promotion de la santé et de l’environnement, organisées par GRAINE Auvergne-Rhône-Alpes et l’IREPS Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette communication a abordé les défis éducatifs que pose le réseau des relations complexes entre la santé et l’environnement. Malgré l’émergence d’une prise de conscience des questions sociales et environnementales relatives à la santé, il faut bien reconnaître que le champ de la recherche et d’intervention éducative en matière de « santé et environnement » reste encore relativement peu développé.

La plupart des recherches menées au Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté prennent comme point d’ancrage les savoirs, discours et pratiques des communautés et des acteurs de l’action éducative, en tentant de saisir les construits sociaux et culturels au regard des différents contextes.

En première partie, Lucie Sauvé a présenté brièvement différents projets de recherche qui ont été menés par l’équipe du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté, mettant en lumière le cadre théorique qui fonde ces travaux.

En seconde partie, Étienne van Steenberghe s’est attardé sommes attardés davantage à un projet de recherche exploratoire auprès de populations défavorisées en milieu urbain. Nous avons abordé dans un premier temps l’importance de prendre en compte le contexte de vie des personnes dans toutes ses dimensions, c’est-à-dire historique, sociale, culturelle, économique et politique, mais aussi environnementale (milieu naturel et construit). Nous avons vu que ce contexte de vie ne doit pas être considéré seulement comme un facteur explicatif de la santé ou des problématiques environnementales. Il doit être vu également comme une matrice de construction du rapport qu’entretiennent les populations avec la santé et l’environnement. La santé peut être ainsi signifiée et socialisée dans une réalité environnementale qui, en retour, donnera du sens à l’idée de santé et à l’agir qui y est associé. Dans un deuxième temps, nous appuyant sur le discours des personnes, nous avons mis de l’avant des explications (étiologie) de sens commun en ce qui concerne la santé, l’environnement et le rapport entre les deux. Une telle approche ne réfute pas pour autant les études épidémiologiques qui restent très importantes pour comprendre certaines situations et certains liens entre la santé et l’environnement. Mais, il nous semble cependant important de faire appel à un dialogue de savoirs pour mieux analyser la complexité des liens santé – environnement. Dans un troisième temps, nous avons présenté un exemple de modélisation des liens entre la santé et l’environnement, tels que perçus par les communautés interrogées. À la suite de cette recherche exploratoire, nous avons proposé des pistes d’intervention à visée émancipatoire.

En troisième partie, Lucie Sauvé et Étienne van Steenberghe ont terminé en situant l’éducation relative à la santé environnementale dans une perspective réflexive : réflexion sur l’action et dans l’action ; réflexion pragmatique et identitaire.

« Apprendre l’ère planétaire à partir de lieux singuliers » – Nouvel ouvrage de Gaston Pineau, chercheur émérite au Centr’ERE

 

L’ouvrage que nous offre aujourd’hui Gaston Pineau en collaboration avec Michel Maletto et Américo Sommerman, ses amis et compagnons de voyage, sur leur tour de l’hémisphère nord, est un document d’écriture remarquable associant le récit biographique d’une expérience du voyage et la méditation réflexive sur le sens d’une ouverture spirituelle en des lieux singuliers.

Les nombreuses photos insérées dans le texte invitent le lecteur à se mettre en présence des auteurs dans les lieux où, au cours de leur voyage, s’est révélé à eux le sens de ce que Michel Serres a exposé sous le terme d’Hominescence.

Il s’agit d’une ouverture sur l’ère de planétisation évoquée par Teilhard de Chardin dans ses textes sur les grandes phases de l’évolution humaine vers une étape planétaire probable d’un ultrahumain, en avant de nous.

Lire le livre numérique en PDF ici

 

 

SOURCE : http://www.editionsmaletto.com/Livres/Apprendre_ere_planetaire_a_partir_de_lieux_inspirants

 

Le Centr’ERE accueille Ghislaine Compagnon, doctorante à l’Université Paris-Est

 

Le Centr’ERE accueille avec plaisir la doctorante Ghislaine Compagnon, de l’Université Paris-Est, à l’occasion d’un stage de doctorat en éducation entre novembre 2018 et janvier 2019.

Elle participera le 11 décembre 2019 à une Rencontre autour de l’écoformation et du worldschooling avec Gaston Pineau, chercheur émérite au Centr’ERE et Thierry Pardo, chercheur associé au Centr’ERE.

Territoires autochtones et expansion de l’extractivisme : Le cas de la communauté Diaguita Huascoaltina du Chili | Conférence publique | 27 novembre 2018

 

Rencontre avec Sergio Campusano,
Président de la communauté autochtone Diaguita Huascoaltina

  • Mardi 27 novembre, 14:30
  • Développement et Paix, 1425 boul. René-Lévesque, 4e étage, Grande Salle

Depuis plus de deux décennies, les autochtones Diaguita Huascoaltinos du Chili font face au puissant modèle extractif qui s’est imposé au Chili.  Cette communauté a résisté depuis l’année 2000 aux tentatives d’implantation de Pascua Lama, un méga projet minier binational Chili-Argentine, de l’entreprise aurifère canadienne Barrick Glod Corporation.  Ce projet a été approuvé initialement en 2000, suite à 10 ans d’explorations. Fortement contesté à cause des impacts multiples sur la région, plus particulièrement, sur les glaciers et pour être situé sur des territoires usurpés à la communauté Diaguita Huascoaltina, ce projet a provoqué l’un des plus longs conflits socio-écologiques du Chili. La construction de la mine a été initiée en 2010, mais le projet a dû faire face à une opposition sociale déterminée et à des recours juridiques l’accusant de dommages environnementaux irréparables. Ces luttes ont donné fruit. Les activités de la mine ont du être paralysées en 2013. Et finalement, en octobre 2018, le Tribunal environnemental de la région d’Antofagasta où est situé le projet, a décrété la fermeture définitive de Pascua Lama. Le territoire a toutefois été fortement affecté par toutes ces années d’activité minière, l’habitat de plusieurs espèces, endommagé et des rivières, contaminées par des eaux acides. Aussi, les menaces au territoire se poursuivent: un autre méga projet minier canadien, Nueva Union (cuivre, or et molybdène) qui résulte de la mise en commun des projets miniers Relincho et El Morro des canadiennes Teck et Goldcorp, a démarré ses activités d’exploration dans le Territoire de conservation autochtone, qui génèrent déjà des impacts sur l’écosystème de cordillère et sur la flore et la faune, protégés par la communauté Diaguita Huascoaltina. La vie utile envisagée de ce projet est de 38 ans, avec possibilité d’expansion. La lutte asymétrique pour la défense du territoire se poursuit pour faire face à ce nouveau gigantesque projet minier.

Animé par Isabel Orellana et Marie-Eve Marleau

Événement co-organisé par le Centr’ERE – Centre de recherche et éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté de l’Université du Québec à Montréal et le CDHAL- Centre pour les droits humains en Amérique latine

Lucie Sauvé à l’émission « Faut Pas Croire Tout Ce Qu’on Dit » de Radio-Canada

Lucie Sauvé, directrice du Centr’ERE-UQAM, a été invité à participer à l’émission Faut Pas Croire Tout Ce Qu’on Dit dans la foulée de l’initiative Le pacte pour la transition. Elle y traite également de la signification de la notion d’écocitoyenneté et de la proposition de Stratégie québécoise d’éducation en matière d’environnement et d’écocitoyenneté.