Ancrer nos interventions en santé environnementale au coeur des communautés : du diagnostic à la pratique | Une présentation de Lucie Sauvé et Étienne van Steenberghe

 

Lucie Sauvé, directrice du Centr’ERE, et Étienne van Steenberghe, professeur associé au centre et rédacteur en chef de la revue Éducation relative à l’environnement : Regards – Recherches – Réflexions, ont présenté une communication le 28 novembre dernier dans le cadre des Rencontres régionales de l’éducation et de la promotion de la santé et de l’environnement, organisées par GRAINE Auvergne-Rhône-Alpes et l’IREPS Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette communication a abordé les défis éducatifs que pose le réseau des relations complexes entre la santé et l’environnement. Malgré l’émergence d’une prise de conscience des questions sociales et environnementales relatives à la santé, il faut bien reconnaître que le champ de la recherche et d’intervention éducative en matière de « santé et environnement » reste encore relativement peu développé.

La plupart des recherches menées au Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté prennent comme point d’ancrage les savoirs, discours et pratiques des communautés et des acteurs de l’action éducative, en tentant de saisir les construits sociaux et culturels au regard des différents contextes.

En première partie, Lucie Sauvé a présenté brièvement différents projets de recherche qui ont été menés par l’équipe du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté, mettant en lumière le cadre théorique qui fonde ces travaux.

En seconde partie, Étienne van Steenberghe s’est attardé sommes attardés davantage à un projet de recherche exploratoire auprès de populations défavorisées en milieu urbain. Nous avons abordé dans un premier temps l’importance de prendre en compte le contexte de vie des personnes dans toutes ses dimensions, c’est-à-dire historique, sociale, culturelle, économique et politique, mais aussi environnementale (milieu naturel et construit). Nous avons vu que ce contexte de vie ne doit pas être considéré seulement comme un facteur explicatif de la santé ou des problématiques environnementales. Il doit être vu également comme une matrice de construction du rapport qu’entretiennent les populations avec la santé et l’environnement. La santé peut être ainsi signifiée et socialisée dans une réalité environnementale qui, en retour, donnera du sens à l’idée de santé et à l’agir qui y est associé. Dans un deuxième temps, nous appuyant sur le discours des personnes, nous avons mis de l’avant des explications (étiologie) de sens commun en ce qui concerne la santé, l’environnement et le rapport entre les deux. Une telle approche ne réfute pas pour autant les études épidémiologiques qui restent très importantes pour comprendre certaines situations et certains liens entre la santé et l’environnement. Mais, il nous semble cependant important de faire appel à un dialogue de savoirs pour mieux analyser la complexité des liens santé – environnement. Dans un troisième temps, nous avons présenté un exemple de modélisation des liens entre la santé et l’environnement, tels que perçus par les communautés interrogées. À la suite de cette recherche exploratoire, nous avons proposé des pistes d’intervention à visée émancipatoire.

En troisième partie, Lucie Sauvé et Étienne van Steenberghe ont terminé en situant l’éducation relative à la santé environnementale dans une perspective réflexive : réflexion sur l’action et dans l’action ; réflexion pragmatique et identitaire.